Saison 17-18

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2017 / 2018 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
« Retour

19 mai Images Orientales

19 mai Images Orientales

Images d'Orient

Marianne Crebassa, mezzo / Tugan Sokhiev, dir. Nielsen, Ravel, Strauss & Stravinski

19 mai - Halle aux Grains (20h)

Voyage merveilleux au pays des Mille et une nuits que celui proposé par Tugan Sokhiev, avec la complicité de Marianne Crebassa. Le triomphe de la mezzo française dans le rôle-titre du Fantasio d'Offenbach au Châtelet en début d'année a souligné la place éminente que l'artiste occupe parmi la nouvelle génération des chanteurs français.

« Une voix rare, merveilleusement projetée, au timbre profond, émouvant, sensuel, le double mystère d'un don et d'un talent rares », écrit Le Monde à son propos. Autant dire que Marianne Crebassa est une interprète idéale pour traduire l'envoûtante poésie de Shéhérazade, trois poèmes pour voix et orchestre que Maurice Ravel écrivit en 1903-1904 sur des vers de Tristan Klingsor. Asie, La Flûte enchantée, L'Indifférent : d'un bout à l'autre de la partition, l'orchestre ravélien déploie des trésors d'imagination et convoque des images en parfait accord avec l'imaginaire féerique, sensuel et mystérieux de Klingsor.

Si la réputation de Shéhérazade n'est plus à faire, on connaît bien moins en revanche la belle Suite Aladin que le Danois Carl Nielsen (1865-1932) tira de la musique de scène qu'il avait écrite en 1919 pour une pièce de son compatriote Adam Oehlenschläger (1779-1850). Tout au long des sept épisodes de l'Opus 34, l'exotisme de l'inspiration s'exprime au moyen d'une orchestration aussi contrastée que suggestive.

On ne résiste pas plus à l'érotisme de la fameuse Danse des sept voiles de l'opéra Salomé (1905) du jeune Richard Strauss, danse que l'héroïne exécute à demande d'Hérode, ni à l'univers chatoyant de L'Oiseau de feu (1910). La première commande des Ballets Russes à Stravinski se solda par un véritable coup de génie du compositeur russe et lui ouvrit les portes de gloire. Avec cette œuvre narrative et ivre de couleurs, Tugan Sokhiev retrouve l'une de ses partitions fétiches.