Saison 2016-2017

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2016 / 2017 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
Blog

suivez les tournées de l'Orchestre

L'Orchestre National du Capitole continue à sillonner le monde : des étapes que nous vous faisons partager grâce à notre blog.

Plus d'informations
« Retour

Christian Vasquez

Christian Vasquez

Christian Vasquez

Buenos Aires - Budapest

> Samedi 5 Octobre – Halle aux Grains (20 h)

 

Magnifique représentant des chefs issus du Sistema vénézuélien, Christian Vasquez est, à 30 ans à peine, un artiste déjà internationalement reconnu, qui a collaboré avec des phalanges telles que le Philharmonia Orchestra, l'Orchestre Radio Symphonique de Vienne, l'Orchestre Symphonique d'Etat de Russie ou l'Orchestre National du Capitole. Son passage à Toulouse à l'orée de la saison prend un relief particulier en raison d'abord du programme original qu'il dirige. Le répertoire latino-américain y occupe en effet une place de choix avec des œuvres de l'Argentin Alberto Ginastera (1916-1983) et du Mexicain Silvestre Revueltas (1899-1940). Réalisation précoce dans le parcours de Ginastera, le ballet Estancia (1941) montre l'influence de Copland et Stravinski sur un jeune compositeur que la vie des gauchos de la pampa inspire dans un ouvrage éblouissant de couleurs et de rythmes. On fait toute confiance à Vasquez pour libérer sa suggestive puissance, tout comme celle de La Noche de los Mayas (1939) de Revueltas. D'abord accompagnement pour le film éponyme de Chano Ureta, la partition a été transformée en une suite d'orchestre en 1960 par le chef José Yves Limantour. Elle a fait la gloire posthume du compositeur mexicain. Mais le Concerto pour violon n°1 de Bartok figure aussi au programme de Christian Vasquez et l'on s'impatiente de l'y entendre aux côtés de la jeune violoniste corénne Ye-Eun Choi. Révélée par le Concours de Montréal en 2006 et soutenue avec enthousiasme par sa collègue Anne-Sophie Mutter, l'interprète affirme un jeu plein de sensibilité et de caractère qui convient idéalement au rare Concerto n° 1(1907-1908) de Bartok. Une lyrique partition de jeunesse, riche de prémices, qui naquit des amours du compositeur et de la violoniste Stefi Geyer.