Saison 2017-2018

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2017 / 2018 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
« Retour

Gianandrea Noseda

Gianandrea Noseda

Gianandrea Noseda

Le rare et le célèbre

Vendredi 24 avril - Halle aux Grains (20h)

La musique italienne ne se réduit pas au répertoire lyrique ! Au XXe siècle, les compositeurs de la péninsule ont donné jour à une riche production symphonique et instrumentale que l'on a pendant longtemps trop négligée. Grâce à des interprètes curieux, la situation change enfin et l'on prend la mesure du legs d'artistes tels que Respighi ou Casella. Gianandrea Noseda fait partie des plus ardents avocats de ce répertoire. Le dernier enregistrement en date du maestro, avec l'Orchestre et le Chœur du Teatro Regio Torino (1 CD Chandos), est ainsi consacré à Goffredo Petrassi (1904-2003), compositeur singulier dont l'existence embrasse la totalité du siècle. Ecrite peu avant le terme de son cursus à l'Accademia Santa Cecilia de Rome, sa Partita (1932) montre à la fois l'attachement à une forme héritée de la période baroque et un langage pleinement inscrit dans la modernité.

Nul besoin de présenter en revanche le Concerto pour piano n° 2 de Dimitri Chostakovitch, que ce dernier écrivit en 1957 à l'intention de son fils Maxime pour l'une de ses épreuves de piano au Conservatoire de Moscou. Loin de l'image sombre et dramatique que l'on a souvent de Chostakovitch, l'Opus 102 se singularise par son allant et l'irrésistible lyrisme d'un Andante qui pourrait avoir été écrit pour le cinéma. En bref, une œuvre heureuse que l'on retrouve sous les doigts d'Alexander Toradze, ancien élève de Yakov Zak et Lev Naoumov au Conservatoire de Moscou.

Intimidé par l'exemple de Beethoven, Johannes Brahms attendit l'âge de 43 ans pour faire entendre sa 1ère Symphonie, fruit d'une gestation de près de vingt ans. D'emblée il se montrait digne de son illustre devancier avec un partition à la fois parfaitement architecturée et foisonnante d'invention mélodique. Coup d'essai, coup de maître : tout l'art « direct et humain » (Furtwängler) de Brahms resplendit dès cet Opus 68 !

 

plus de détails sur ce concert

 

 

 

photo : Gianandrea Noseda © Sussie Ahlburg