Saison 2016-2017

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2016 / 2017 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
Blog

suivez les tournées de l'Orchestre

L'Orchestre National du Capitole continue à sillonner le monde : des étapes que nous vous faisons partager grâce à notre blog.

Plus d'informations
« Retour

Giovanni Antonini

Giovanni Antonini

Giovanni Antonini

Antonini : un regard singulier

Vendredi 30 mai - Halle aux Grains (20h)

 

On ne présente plus Giovanni Antonini, artiste qu'une complicité étroite unit désormais à l'Orchestre. Le bonheur est toujours le même de retrouver ce musicien qui, venu de l'univers du baroque et des instruments anciens (il est le fondateur de l'ensemble Il Giardino armonico), dirige fréquemment désormais des formations modernes. S'il est une ennemie jurée de Giovanni Antonini, c'est bien la routine ! Nulle conception figée et définitive de l'interprétation chez lui, mais tout au contraire un impérieux besoin de partir à l'aventure, de proposer un éclairage nouveau à chaque fois qu'il revient à un grand opus du répertoire. Le classicisme est l'héritier direct de l'ère baroque et la culture du chef italien en ce domaine lui offre évidemment des clefs irremplaçables.

« Cette vitalité requinquée, cette musicalité aussi rigoureuse que mercurielle prouvent que le dernier mot ne sera jamais dit en matière d'interprétation beethovenienne », écrivait Télérama à propos de l'enregistrement des Symphonies n°s 5 et 6 par Giovanni Antonini. Le compositeur allemand fait partie des territoires de prédilection du chef italien et l'on s'impatiente de l'entendre diriger la lumineuse 7ème Symphonie de Beethoven autant que le 3ème Concerto pour piano. Un ouvrage à la fois riche de souvenirs de Mozart et d'innovations fascinantes où la présence de Dejan Lazić augure d'une expérience stimulante. Virtuose éblouissant mais aussi compositeur, le pianiste d'origine croate est le soliste indoine pour faire corps avec la démarche singulière d'Antonini. Quant à la pré-romantique Symphonie n° 49 « La Passione » de Haydn placée en début de programme, elle promet de révéler toute sa dimension Sturm un Drang sous sa direction !

 

 

 

 

 

photo : Giovanni Antonini © Decca - David Ellis