Saison 17-18

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2017 / 2018 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
« Retour

Josep Pons

Josep Pons

Josep Pons

Drame magyar

Vendredi 28 février – Halle aux Grains (20 h)

 

Après Boris Godounov, l'opéra en concert occupe à nouveau l'Orchestre, cette fois sous la baguette de Josep Pons, avec Le Château de Barbe-Bleue, unique ouvrage lyrique de Béla Bartók et chef-d'œuvre aussi singulier et significatif pour l'histoire musicale hongroise que le Pelléas et Mélisande de Debussy l'est pour la France. L'influence du maître français n'est d'ailleurs pas sans se faire sentir chez Bartók qui, après des débuts marqués par l'influence germanique, a trouvé grâce Debussy la voie d'un développement très personnel.

Comme le remarquait Zoltan Kodály, «Bartók voulut affranchir la langue et rendre plus musicale l'inflexion naturelle de la voix… Pour la première fois, sur la scène de l'opéra hongrois, le chant s'exprime d'un bout à l'autre dans un langage hongrois, homogène et pur.» Achevé en 1911, Le Château de Barbe-Bleue ne fut créé que le 24 mai 1918, à l'Opéra de Budapest. Deux personnages seulement, Barbe-Bleue et Judith, pour un opéra en un acte où l'orchestre, avec une puissance évocatrice rare, se met tout entier – et avec quel génie de la couleur ! - au service du drame.

On fait toute confiance à Robert Bork et à Sara Fulgoni pour traduire la noirceur, la tension et la poésie de ce que Pierre Citron qualifiait de « chef-d'œuvre libérateur » pour la relation de la langue et de la musique hongroises. En prélude, quelques Danses slaves tirées de l'Opus 72 du Tchèque Dvorak achèvent de donner une couleur entièrement Mitteleuropa à la soirée conduite par Josep Pons.

 

 

photo Josep Pons © Alan Poizner