Saison 2016-2017

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2016 / 2017 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
Blog

suivez les tournées de l'Orchestre

L'Orchestre National du Capitole continue à sillonner le monde : des étapes que nous vous faisons partager grâce à notre blog.

Plus d'informations
« Retour

Josep Pons - Raphaël Sévère

Josep Pons - Raphaël Sévère

Josep Pons - Raphaël Sévère

 

Répertoire germanique ; éclairage latin

Vendredi 10 février - Halle aux Grains (20h)

Une complicité très forte s'en nouée au fil des ans entre l'Orchestre et Josep Pons, chef principal et directeur artistique de l'Orquesta y Coro Nacionales de España depuis 2003. La musique espagnole a toujours occupé une place centrale dans l'activité du chef catalan – sa riche discographie l'illustre –, bien qu'il ne se cantonne pas à ce répertoire. Les auteurs germaniques lui sont également très chers et l'on se souvient du très beau concert Wagner-Beethoven qu'il a donné en janvier 2016, en compagnie du pianiste François-Frédéric Guy. Un nouveau passionnant face à face entre deux génies s'annonce avec le Concerto pour clarinette de Wolfgang Amadeus Mozart et la 4ème Symphonie d'Anton Bruckner.

A 23 ans seulement, Raphaël Sévère – splendide représentant de la grande école française de clarinette – compte déjà parmi les ambassadeurs les plus demandés de son instrument dans le monde. Le Concerto KV 622 (1791) de Mozart lui est cher entre tous – il fit des débuts avec orchestre dans cette œuvre en Chine à l'âge de 11 ans ! Comptons sur Josep Pons pour tisser le plus bel écrin à un interprète qui, comme le souligne Diapason, « captive par son hypersensibilité, l'oreille se délecte de la variété (des éclairages, de l'articulation, des nuances des couleurs, de l'expression) avec laquelle il modèle chaque phrase ».

On guette autant la rencontre entre le tempérament latin du maestro et la Symphonie n° 4 « Romantique » de Bruckner. Cette œuvre (élaborée entre 1874 et 1880) balaie pas mal d'idées reçues sur son auteur par la luminosité de son propos et l'évidence d'une architecture sur lesquels Josep Pons promet de porter un stimulant regard.