Saison 2017-2018

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2017 / 2018 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
« Retour

Marc Minkowski

Marc Minkowski

Marc Minkowski

Destin tragique

Vendredi 20 mars - Halle aux Grains (20h)

« Il est si proche de ce qui m'est le plus personnel que lui et moi apparaissons comme deux fruits du même arbre, issus du même sol, nourris du même air », confiait Gustav Mahler (1860-1911) au sujet de Hans Rott, son aîné de deux ans, qu'il avait côtoyé à l'époque des études au Conservatoire de Vienne.

1858-1884 : le destin fut cruel envers Rott, fauché à 25 ans par la tuberculose alors que depuis quelques années déjà son état psychique se dégradait, l'amenant à terminer sa brève existence à l'hôpital psychiatrique de Vienne. Les échecs et l'incompréhension auxquels le jeune musicien avait été confronté n'avaient guère contribué à arranger les choses.

Ainsi la Symphonie en mi majeur, qui apparaît aujourd'hui comme le sommet de sa maigre production (sept partitions orchestrale en tout), s'était attiré un commentaire très critique de Johannes Brahms. Il est vrai que c'est du côté de Bruckner, qui avait été son professeur d'orgue au Conservatoire, et de Wagner que l'auteur regarde dans cette réalisation étonnante.

Ecrite entre 1878 et 1880, elle faisait suite à une première Symphonie pour cordes en la bémol majeur (1874-1875) et n'est connue que depuis la fin des années 1980. Avec la découverte de ce manuscrit, le témoignage particulièrement touchant d'un créateur en devenir a été révélé. « Ce que la musique a perdu avec lui est incommensurable, déclara Mahler au moment de la disparition de Rott »…

La réunion des deux compositeurs dans le programme dirigé par Marc Minkowski apparaît donc très cohérente et c'est par les fameux Lieder eines fahrenden Gesellen que Mahler y est représenté. Confié à la voix de Florian Sempey, ce cycle de quatre pièces sur des poème du musicien (« Quand mon trésor se marie », « J'allais ce matin à travers les champs », « J'ai un couteau brûlant », « Les Deux Yeux bleus ») se situe au commencement de son parcours (1885 pour la version chant piano ; la version orchestrée fut créée en 1896) et porte la marque sa douloureuse rupture avec la chanteuse Johanna Richter. Mahler parvient au chef-d'œuvre dans ce qui constitue son premier cycle de lieder avec orchestre, montrant une rare capacité à mettre le climat orchestral en accord avec l'expression poétique. 

 

 

plus de détails sur ce concert

 

 

 

photo : Marc Minkowski © Marco Borggreve  - Naïve