Saison 2017-2018

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2017 / 2018 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
« Retour

Nicholas Collon

Nicholas Collon

Nicholas Collon

Jeunesse et découvertes

Samedi 26 avril - Halle aux Grains (20h)

 

Précocité : tel est le mot qui s'impose lorsque l'on évoque Nicholas Collon et Vilde Frang, les deux artistes réunis pour un très original programme de musique anglaise. Co-fondateur du Aurora Orchestra dès 2005 avec son collègue Robin Ticciati, Nicholas Collon et sa formation on été couronnés par un prix de la Royal Philharmonic Society en 2011. A un petit peu plus de trente ans, le jeune chef mène déjà une très active carrière, tant dans le domaine symphonique que lyrique, en Grande Bretagne et à l'étranger. Après l'Orchestre de Bamberg, l'Orchestre national d'Île-de-France ou l'Orchestre National d'Espagne, il est pour la première fois l'invité de l'ONCT.

On brûle d'impatience d'entendre ce remarquable interprète de Britten s'emparer des Interludes Marins tirés de Peter Grimes (1945), quatre pages somptueuses emplies d'embruns, de vent, de mystère et de drame. Trois ans après la création de l'opéra qui a fait la gloire de Britten, le public londonien découvrait la 6ème Symphonie de Ralph Vaughan Williams (1872-1958). La France connaît mal encore ce splendide symphoniste du siècle dernier. Avec la Symphonie en mi mineur, son art offre l'un de ses visages les plus aboutis, saisissant de force dramatique, de relief et de densité. Un chef-d'œuvre à découvrir.

Quelle précocité aussi chez Vilde Frang (née en 1986) : on se souvient qu'à douze ans seulement elle avait été invitée par Mariss Jansons à faire ses débuts avec le Philharmonique d'Oslo. Depuis lors la violoniste norvégienne a multiplié les apparitions aux côtés de chefs et de phalanges prestigieuses, mais aussi de solistes réputés tels que Gidon Kremer, Martha Argerich, Renaud et Gautier Capuçon ou ses compatriotes Leif Ove Andsnes et Truls Mørk. La maîtrise technique, l'engagement et l'imagination que la critique s'accorde à saluer chez Vilde Frang donnent à ses interprétations une saveur particulière. On ne saurait rêver meilleure avocate que la jeune soliste pour traduire le lyrisme et la poésie secrète du rare Concerto pour violon op. 15 de Benjamin Britten !

 

 

photo Nicholas Collon © Maximillian Baillie