Saison 17-18

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2017 / 2018 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
« Retour

Tugan SOKHIEV & Bezhod ABDURAIMOV

Tugan SOKHIEV & Bezhod ABDURAIMOV

Bezhod ABDURAIMOV

Tandem de rêve

Jeudi 18 septembre - Halle aux Grains (20h)

 

Organisé en partenariat avec le 35ème Festival Piano aux Jacobins, le concert de rentrée de l'Orchestre célèbre de bout en bout l'âme slave en couplant deux partitions emblématiques : le Concerto pour piano n° 1 de Tchaïkovski et la 9ème Symphonie « du Nouveau Monde » d'Antonin Dvořák.

Un tandem de rêve a été réuni pour les servir : Tugan Sokhiev, dont les profondes affinités avec ce répertoire ne sont plus à louer, aura en effet pour partenaire dans le Concerto op. 23 le jeune Bezhod Abduraimov. Né en 1990, l'artiste ouzbek a été propulsé sur la scène internationale après sa victoire au Concours international de Londres en 2009 au terme d'une finale marquée par une inoubliable interprétation du 3ème Concerto de Prokofiev. Dès lors de nombreuses salles et phalanges prestigieuses ont invité l'ancien élève de Tamara Popovich au Lycée d'Etat central Ouspenski de Tachkent. Tout en continuant aujourd'hui à étudier auprès de Stanislav Loudenitch à l'International Center for Music de la Park University à Kansas City, le pianiste mène une très active carrière et, à chacune de ses apparitions, la critique s'accorde pour saluer la musicalité, l'autorité et personnalité sonore très singulière de l'interprète.

Un grand est né et l'on va bientôt pouvoir s'en convaincre en l'écoutant dans l'illustre Concerto en si bémol mineur de Tchaïkovski (créé en 1875). C'est là le type même d'œuvre rebattue qu'Abduraimov sait réinventer par son tempérament de feu et sa sonorité de bronze. Avec un allié tel que Sokhiev à ses côtés, un grand moment concertant se profile. En complément de programme, le directeur musical conduira la non moins célèbre Symphonie n° 9 « Du Nouveau Monde ». C'est en 1893 durant son séjour aux Etats-Unis (1892-1895) où il s'était rendu sur l'invitation du Conservatoire de New York, qu'Antonin Dvořák composa une partition tout à la fois marquée par la saisissante découverte de l'Amérique et de ses vastes espaces et par la prégnante nostalgie de l'artiste tchèque pour sa terre natale.

 

 

 

 

 

photo : Bezhod ABDURAIMOV © Ben Ealovega - Decca