Saison 2016-2017

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2016 / 2017 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
Blog

suivez les tournées de l'Orchestre

L'Orchestre National du Capitole continue à sillonner le monde : des étapes que nous vous faisons partager grâce à notre blog.

Plus d'informations
« Retour

Tugan Sokhiev dirige Mozart, Beethoven et Mendelssohn

Tugan Sokhiev dirige Mozart, Beethoven et Mendelssohn

Tugan Sokhiev dirige Mozart, Beethoven et Mendelssohn

Entre classicisme et romantisme

Vendredi 12 juin - Halle aux Grains (20h)

Respectivement datées de 1787, 1803 et 1833, les œuvres de Mozart, Beethoven et Mendelssohn que dirige Tugan Sokhiev illustrent la richesse et la complexité de la phase de transition entre la période dite classique et le romantisme naissant.

Œuvre d'un musicien de théâtre au sommet de son art, Don Giovanni fut on le sait particulièrement prisé des musiciens du XIXe siècle. C'est «un sommet » disait Gounod d'un dramma giocoso dont l'Ouverture en ré mineur est souvent exécutée isolément. Rien d'étonnant s'agissant d'une pièce d'une cohérence parfaite : sombre et urgente, elle traduit à la perfection l'essence de l'ouvrage qu'elle introduit.

« Sa musique déborde de souvenirs aussi bien que de prédictions », écrivait Charles Rosen à propos de Beethoven. La formule s'applique idéalement au Concerto n° 3, que le compositeur, âgé de trente ans seulement, mit en route en une année charnière : 1800. Son admiration pour Mozart et pour son 24ème Concerto KV 491, en ut mineur lui aussi, transparaît dans le 3ème Concerto. Mais le génie de Beethoven est de ne jamais se poser en simple épigone, de continûment transcender l'héritage du passé pour s'ouvrir sur l'avenir. Que de chemin parcouru depuis les deux premiers concertos, que de prédictions dans l'Opus 37 ! Inon Barnatan aura à cœur d'en traduire le feu et la poésie, les beautés et les audaces.

Les voyages forment la jeunesse et le grand périple européen que Mendelssohn entreprit entre 1829 et 1833 ont beaucoup nourri sa création. Le « pays de la Nature qui ravit tous les cœurs », disait le jeune compositeur allemand d'une Italie dont les paysages, la lumière, la joie de vivre se reflètent dans la Symphonie n° 4 « Italienne », ouvragé amorcé en 1830 à Rome et créé en 1833 à Londres. Tour à tour éblouissante ou délicate, la palette de couleurs de Mendelssohn se met au service d'une musique dont la vitalité et lyrisme font le succès d'un des opus parmi les plus populaires de son auteur.

 

 

plus de détails sur ce concert

 

 

 

Photos : Tugan Sokhiev (g) / Inon Barnatan (d) ©  Marco BORGGREVE