Saison 2016-2017

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2016 / 2017 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
Blog

suivez les tournées de l'Orchestre

L'Orchestre National du Capitole continue à sillonner le monde : des étapes que nous vous faisons partager grâce à notre blog.

Plus d'informations
« Retour

Un opéra "cinématographique"

Un opéra "cinématographique"

Boris Godounov

Boris Godounov

Lundi 3 février – Halle aux Grains (20 h)

 

Projet longuement caressé que le Boris Godounov que Tugan Sokhiev s'apprête à diriger. Pour celui-ci, le directeur musical tenait absolument à disposer de la basse italienne Ferruccio Furlanetto, immense artiste familier d'un rôle-titre qui lui a valu des triomphes sur les plus grandes scènes lyriques.

Datée de 1825, la pièce de Pouchkine impressionna beaucoup Moussorgski. Entre octobre 1868 et décembre 1869, ce dernier élabora la toute première version d'un opéra que l'on a pu décrire comme une «tragédie des remords ». Le musicien est parvenu à saisir toute la complexité de son personnage principal mais, par rapport à Pouchkine, il a plus mis l'accent sur le peuple. « Lui seul est authentique, entier, plein de grandeur et dépourvu d'artifice », disait-il. Génial musicien de théâtre, Moussorgski fait du peuple - du chœur - un personnage à part entière dans un ouvrage qui échappe aux schémas traditionnels.

L'auteur a découpé son premier Boris en sept scènes. On comprend que le magnifique chef lyrique qu'est Tugan Sokhiev se soit pris de passion pour une version originale que l'on qualifie parfois, et à très juste titre, de "cinématographique" par son sens des contrastes, des climats et son intelligence psychologique. Une grande aventure lyrique s'annonce avec ce Boris, d'autant plus symbolique que Tugan Sokhiev le dirige peu après été nommé directeur musical du prestigieux Théâtre Bolchoï de Moscou.