Saison 2016-2017

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2016 / 2017 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
Blog

suivez les tournées de l'Orchestre

L'Orchestre National du Capitole continue à sillonner le monde : des étapes que nous vous faisons partager grâce à notre blog.

Plus d'informations
« Retour

Un Requiem allemand

Un Requiem allemand

Un Requiem allemand

 

Bouleversante méditation

Jeudi 15 et Vendredi 16 décembre - Halle aux Grains (20h)

 

Les concerts réunissant l'Orchestre et Orféon Donostiarra sont tous à marquer d'une pierre blanche. Après une mémorable Grande Messe des morts de Berlioz l'an dernier, le chœur dirigé par José Antonio Sainz Alfaro retrouve Tugan Sokhiev et ses musiciens dans un autre chef-d'œuvre sacré du siècle romantique : Un Requiem allemand de Johannes Brahms. L'ouvrage s'avère bien différent de la Messe de Berlioz ou du Requiem de Verdi et l'on comprend mieux son caractère singulier en se remémorant les circonstances dans lesquelles Brahms débuta sa composition, en 1854, sous le coup de la tentative de suicide de Schumann. Un long processus d'élaboration de près de quinze ans s'ensuivit, au cours duquel un autre événement douloureux allait intervenir : le décès de la mère du compositeur en 1865. Après une création partielle ratée en 1867, l'ouvrage triompha le 10 avril 1868 à Brême. Clara Schumann était présente à côté de Brahms lors d'une exécution intégrale par laquelle s'accomplissait la prophétie faite par Robert Schumann en 1853. « S'il plonge sa baguette magique dans le gouffre où les masses du chœur et de l'orchestre lui prêtent leur puissance, nous pouvons alors nous attendre à des aperçus plus merveilleux encore des mystères du monde des esprits », avait-il alors écrit, enthousiasmé par la découverte de son cadet. On ne saurait mieux décrire la bouleversante méditation sur la mort que fait entendre Un Requiem allemand, ouvrage nourri de la part la plus intime du génie brahmsien – la plus universelle aussi.