Saison 17-18

Abonnements

Découvrez le programme de la saison 2017 / 2018 et abonnez-vous dès aujourd'hui

Plus d'informations
vendredi
13 octobre
20:00

Joseph SWENSEN / direction
Wayne MARSHALL / orgue

BACH - STOCKOWSKI TOCCATA ET FUGUE EN RE MINEUR BWV 565, TRANSCRIPTION POUR ORCHESTRE WIDOR SYMPHONIE POUR ORGUE ET ORCHESTRE, OP. 42 BIS SAINT-SAËNS SYMPHONIE N° 3 EN UT MINEUR AVEC ORGUE, OP. 78

 
Orgue romantique
 
Après un malicieux concert du Nouvel An la saison précédente, Wayne Marshall revient à l’orgue pour défendre une nouvelle facette de son instrument. Passionné, lyrique dans la Symphonie n°3 de Saint- Saëns, l’orgue s’impose comme un interlocuteur à la mesure de l’orchestre. Fidèle à Toulouse, le talent de Joseph Swensen rencontre celui de Wayne Marshall.
 

S'il est un « tube » que tout le monde connaît, même ceux qui pensent ne rien connaître à la musique classique, c'est bien la Toccata et fugue en ré mineur de Johann Sebastian Bach (1685-1750), si souvent reprise au XXe siècle par le cinéma, la publicité – le dessin animé même ! Un chef-d'œuvre intemporel de l'orgue, ici proposé dans une flamboyante transcription pour grand orchestre. S'il reste aujourd'hui encore peu connu du grand public, Charles-Marie Widor (1844-1937) fut l'un des très grands maîtres de l'orgue du XIXe siècle. Improvisateur de génie, compositeur prolixe et pédagogue ayant formé un grand nombre des plus grands noms de l'orgue du XXe siècle (Louis Vierne, Charles Tournemire, Marcel Dupré, Albert Schweitzer...). Il inventa un genre nouveau : la « symphonie pour orgue seul », qui devait révolutionner la technique de cet instrument alors remis à la mode grâce au travail du facteur d'orgues Cavaillé-Coll (celui-là même qui donna une seconde vie à tant d'instruments en France, dont ceux de Saint-Sernin et Saint-Étienne à Toulouse). C'est dans sa version pour orgue et orchestre que cette œuvre nous sera présentée. Face à cette redécouverte majeure, un autre tube du répertoire d'orgue : la Symphonie n)3 de Camille Saint-Saëns (1835-1921). Sans doute plus célèbre pour son opéra Samson et Dalila (1877), sa Danse macabre (1874) et ses concertos pour piano que pour son œuvre symphonique, Saint-Saëns marqua pourtant le genre par ce chef-d'œuvre totalement inattendu, où il fait entrer non seulement l'orgue, mais aussi le piano au sein de l'effectif orchestral. Une symphonie monumentale et poétique à la fois, cheval de bataille de tous les organistes depuis sa création.

Déjà venu à Toulouse mais comme chef d'orchestre (il dirigeait les Concerts du Nouvel An 2014 et 2016), Wayne Marshall nous revient aujourd'hui sous son autre casquette : il est en effet l'un des organistes les plus réputés de sa génération. À la baguette, Joseph Swensen n'est plus à présenter : ce chef, l'un des plus recherchés du moment, est aussi l'un des plus fidèles de notre phalange, qu'il dirige régulièrement depuis 2002. Sa sensibilité à fleur de peau et sa brillante technique de direction en font l'un des interprètes majeurs du répertoire romantique. Le duo qu'il va ici former avec Wayne Marshall promet un concert électrisant.

 



En partenariat avec le Festival International Toulouse Les Orgues
 
 
© Jack Dine, Edgar Brambis