Informations

Réouverture billetterie

La billetterie est ouverte, tous les mardis et jeudis, de 14h00 à 17h00, jusqu'au 4 juillet

Plus d'informations
TROIS CONCERTS

EXCEPTIONNEL

L'Orchestre national du Capitole est heureux de retrouver la Halle aux grains pour trois concerts exceptionnels, les 19 et 26 juin et le 2...

Plus d'informations
Lancement de saison

Lancement de saison 2020/2021

Lancement de la nouvelle saison de l'Orchestre national du Capitole !

Plus d'informations
« Retour

Vadim Gluzman

Vadim Gluzman

Vadim Gluzman

Le génie, côté lumière

Vendredi 24 octobre - Halle aux Grains (20h)

 

Magnifique programme que celui dirigé par Tugan Sokhiev qui aura auprès de lui, pour la partie concertante, Vadim Gluzman. Des liens privilégiés sont désormais noués entre ce poète de l'archet, l'Orchestre et le directeur musical et chacune de ses venues est impatiemment guettée. Il est de retour avec le Concerto n° 2 op. 63 (1935) de Prokofiev. L'ouvrage n'est pas le plus célèbre de son auteur ni du répertoire, mais que de bonheur éprouve-t-on en entendant cette partition pétrie de lyrisme dans ses deux premiers mouvements et dont le final déploie des rythmes (les castagnettes sont conviées !) et une énergie irrésistibles.

Ces qualités, associées à une profonde luminosité, appartiennent tout autant aux deux autres œuvres du concert. « Du feu » : c'est ce que réclamait Mozart pour le premier mouvement de sa tonique 35ème Symphonie « Haffner » (1782). Elle venait en effet agrémenter les festivités célébrant l'anoblissement de Siegmund Haffner, bourgmestre de Salzbourg et commanditaire de l'ouvrage.

A son élan impétueux répond celui de la 4ème Symphonie de Beethoven, partition bien trop rare dans les concerts. En 1807, trois ans après l'achèvement de la Symphonie n° 3 « Héroïque », le génie de Beethoven se montre sous un jour solaire et étonnamment inventif, ce que l'intimidant voisinage des illustres 3ème et 5ème Symphonies tend hélas à occulter. Avec l'Opus 60 on a pourtant affaire à un maillon essentiel du corpus beethovénien.

 

 

 

 

 

photo : Vadim Gluzman © Marco Borggreve