TROIS CONCERTS

EXCEPTIONNEL

L'Orchestre national du Capitole est heureux de retrouver la Halle aux grains pour trois concerts exceptionnels, les 19 et 26 juin et le 2...

Plus d'informations
Lancement de saison

Lancement de saison 2020/2021

Lancement de la nouvelle saison de l'Orchestre national du Capitole !

Plus d'informations
Informations

Réouverture billetterie

La billetterie est ouverte, tous les mardis et jeudis, de 14h00 à 17h00, jusqu'au 4 juillet

Plus d'informations
vendredi
12 janvier
20:00

Tugan SOKHIEV / direction
Daniel LOZAKOVICH / violon

BRUCH CONCERTO POUR VIOLON ET ORCHESTRE N° 1 EN SOL MINEUR, OP. 26 CHOSTAKOVITCH SYMPHONIE N° 4 EN UT MINEUR, OP. 43

 
Chostakovitch ou les dernières lueurs de l’utopie
 

A mi-chemin entre ceux de Beethoven et de Brahms, le Concerto pour violon et orchestre n°1 de Max Bruch est une partition rayonnante. Le jeune compositeur n'a pas hésité à aller demander au plus grand virtuose de l'époque, Joseph Joachim, des conseils pour l'écriture de la partie soliste. La présence du jeune prodige de l'archet Daniel Lozakovich – il n'a pas encore 18 ans ! – promet d'être un moment marquant de cette saison : l'Orchestre national du Capitole, habitué à travailler avec les plus grands noms du circuit artistique, a aussi pour vocation de promouvoir les jeunes talents à l'orée de leur carrière. Et celui-ci va faire parler de lui.

Continuant son exploration de l'œuvre symphonique de Chostakovitch, dont il dirigera l'intégralité sur deux saisons (concert retransmis par Medici TV), Tugan Sokhiev s'intéresse ici à la Symphonie n°4 du compositeur, œuvre charnière et magistrale s'il en est. Rompant avec les trois premières symphonies qu'il avait composées entre 1925 et 1929, cette nouvelle symphonie change totalement d'esthétique, et de format. Œuvre immense par ses dimensions (elle dure un peu plus d'une heure) et par sa richesse musicale, elle connut une gestation difficile. Chostakovitch, lors des ultimes répétitions, décida subitement de la retirer et d'en interdire la création (prévue le 30 décembre 1936) tant qu'il n'aurait pas retouché certaines choses. Il est vrai qu'à cette époque, la censure politique commençait à peser de tout son poids sur ce compositeur trop en vue, trop libre – et trop célèbre. Il fallut attendre 1961 (et toujours cette date fatidique du 30 décembre !) pour que cette fameuse Symphonie n°4 soit enfin créée dans sa version définitive.

 
 
Ce concert sera diffusé en live par Medici.tv et Radio Classique.
 
                            
 
© Marco Borggreve, DR