La direction musicale

Le développement et l’identité musicale de l’Orchestre national du Capitole sont indissociables de ses deux derniers directeurs musicaux : Michel Plasson et Tugan Sokhiev.

Michel Plasson
Tugan Sokhiev

Entre 1968 et 2003, le chef d’orchestre français accompagne l’effectif et lance avec lui une politique d’enregistrements, qui mettent en valeur la richesse de la musique française. Sous sa direction, l’Orchestre national du Capitole favorise la redécouverte d’un répertoire méconnu et grave de nombreuses versions devenues depuis des références.

L’arrivée en 2005, puis la nomination en 2008 de Tugan Sokhiev comme directeur musical insufflent à la phalange une nouvelle dynamique : disques consacrés à la musique russe chez Naïve Classique et Warner Classics, intégrale des symphonies de Chostakovitch, tournées internationales, politique de diffusion sur Mezzo et Medici TV… Sous la direction de Tugan Sokhiev, l’Orchestre national du Capitole s’impose comme l’une des formations françaises les plus réputées, sur les scènes internationales. En 2020, l’enregistrement consacré à la Symphonie n° 8 de Chostakovitch est récompensé d’un Diapason d’or et unanimement salué par la critique. Interprète incontesté du répertoire russe, le chef perpétue néanmoins la tradition de la musique française, notamment celle de Berlioz, dont il livre des interprétations marquantes (Requiem puis Damnation de Faust à la Halle aux grains et à la Philharmonie de Paris en 2015 et 2020).

Au fil de ses dernières saisons, l’Orchestre national du Capitole a su nouer avec des interprètes et des compositeurs des relations singulières : série de concertos dédiés par Benjamin Attahir à des interprètes originaires de la région toulousaine (Bertrand Chamayou en 2022, Thibaut Garcia en 2023). En parallèle, il s’est entouré de complices fidèles, tels que Joseph Swensen, Lio Kuokman, Kazuki Yamada ou Maxim Emelyanychev, qui accompagnent les musiciens dans des répertoires allant du XVIIIe siècle aux compositeurs d’aujourd’hui.

Entrevue avec Tugan Sokhiev, à l’occasion du concert du 10 septembre 2022, autour de la Symphonie n°10 de Chostakovitch.